INFORMATION DES SALARIES EN MATIERE DE CESSION D’ENTREPRISE

Date

LA LOI HAMON …… REVISITEE ….. PAR LA LOI MACRON  

 

Les salariés doivent obligatoirement recevoir une information préalable en cas de cession de leur entreprise.   A ce titre, la loi Hamon du 31 juillet 2014 a imposé aux entreprises PME de moins de 250 salariés deux obligations d’information de son personnel en matière de reprise d’entreprise. D’une part une information périodique sur les conditions d’une telle reprise. Et d’autre part une information ponctuelle qui  informe les salariés sur un projet concret de cession.   Mais ce dispositif étant peu adapté à la pratique, la loi Macron (art 204, en vigueur le 1er janvier 2016) est venue l’aménager et l’assouplir.  

  • SUR L’OBLIGATION PONCTUELLE D’INFORMATION DES SALARIES EN CAS DE PROJET DE VENTE DE L’ENTREPRISE :

Une information limitée aux cas de vente:

  Alors qu’avant l’obligation information était prévue pour tous projet de cession, la loi Macron limite désormais cette information aux cas de projet vente :  

  • d’un fond de commerce de l’entreprise,
  • d’une participation représentant plus de 50 % des parts d’une SARL
  • d’actions ou valeurs mobilières donnant accès à la majorité du capital d’une société par actions

  Donc on ne parle plus de cession mais de vente, selon les travaux parlementaires échappent à cette obligation les donations, les cas de successions et de liquidation des régimes matrimoniaux, mais c’était déjà le cas).

 En revanche sont exclues de l’obligation d’information,  les ventes :  

  1. de parts de SNC

  2. de parts ou d’actions de toute société dont le personnel ou le chiffre d’affaires (ou le total de bilan) excède le seuil des PME.

  3. de la participation à un conjoint, à un ascendant ou à un descendant ni aux sociétés faisant l’objet d’une procédure de conciliation, de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire

 

Pas d’information nécessaire pour les salariés déjà avisés :

 De plus l’information est désormais écartée pour  les salariés déjà avisés de la possibilité de reprendre l’entreprise : vise les cas où  dans les douze mois qui précèdent la vente, les salariés ont déjà  fait l’objet d’une information périodique (voir ci-dessous), cette disposition vise à éviter un cumul inutile des dispositifs d’information.

  Modalités d’information des salariés :

  Sur la forme, l’information peut être effectuée par tout moyen de nature à rendre certaine la date de sa réception par les salariés.   Depuis la loi Macron, lorsque l’information est faite par lettre recommandée avec AR, la date de réception de l’information est la date de la première présentation de la lettre et non celle apposée par la poste lors de la remise de la lettre à son destinataire.   Les salariés désirant présenter une offre d’achat doivent le faire directement auprès du propriétaire du fonds de commerce, que celui-ci en soit l’exploitant ou non, ou auprès du propriétaire des droits sociaux. Depuis la loi Macron, lorsque ces propriétaires ne seront pas exploitants du fonds ou chefs d’entreprise, les salariés présenteront leur offre à l’exploitant du fonds ou au chef d’entreprise, à charge pour ces derniers de la transmettre sans délai au propriétaire.  

Amende en cas de non respect du devoir d’information :

  Le manquement est désormais sanctionné par une amende civile plafonnée à 2% du prix de la vente. Donc si le chef d’entreprise d’une société de – 250 salariés n’informe pas ces derniers d’un projet de cession afin de  leur permettre de présenter une offre de reprise, alors la vente ne pourra plus être remise en cause, mais la seule sanction possible sera une amende civile, cette amende ne pourra être prononcée qu’à la demande du ministère public et seulement si le défaut d’information préalable a donné lieu à une action en responsabilité.      

  • SUR L’OBLIGATION D’INFORMATION TRIENNALE DES SALARIES

Contenu de l’information :

  La loi Hamon a prévu que dans les sociétés commerciales PME de moins de 250 salariés : les salariés doivent au moins tous les 3 ans être informés sur :   – les conditions juridiques et les possibilités de reprise de l’entreprise par des salariés (conditions juridiques, avantages et difficultés, dispositifs d’aide) –  les principaux critères de valorisation de leur société, sur la structure de son capital et son évolution prévisible et, le cas échéant, sur le contexte et les conditions d’une opération capitalistique la concernant et ouverte aux salariés.  

Modalités d’information des salariés :

  L’information est présentée par le représentant légal de la société ou son délégué. Se transmet sous forme de réunion, à laquelle les salariés son convoqués par tout moyen (lettre recommandée AR, remise en main propre, courriel avec accusé de réception). L’information présentée peut être orale ou écrite.   

Apport de la loi Macron :

 La loi Macon permet d’éviter le cumul d’obligation d’information, ainsi si l’information triennale a eu lieu dans les 12 mois qui précèdent la vente, pas besoin de procéder à l’obligation d’information informant du projet de cession concret de l’entreprise.

 

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin

Voir plus
d'articles

Cabinet

Heureuse année 2022

Le cabinet CLN CONSULT vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et vous donne rendez-vous en 2022 ! Nous prolongeons notre soirée du 16.12.2021 en vous

Lire la suite ➔
Évènement

Omnidroit Avignon 2021

Cette année encore l’équipe CLN CONSULT Consult participe aux Ateliers #Omnidroit d’Avignon 2021 organisés par #Dalloz Formation. Au programme: actualité fiscale des PME, actualité de la fiscalité

Lire la suite ➔

Rémi Latarget

Associé du cabinet

Il est devenu, à compter de 2010, associé du cabinet CABRERA & LEVY devenu CLN CONSULT.

Il assiste de nombreuses entreprises dans des domaines très divers, de l’industrie, du commerce, de l’artisanat, des professions libérales, à l’occasion de leur constitution, de leur développement, de leur acquisition, de leur cession ou transmission, tant dans les aspects juridiques que fiscaux (constitution de sociétés, apports, transformations, fusions, acquisitions, cessions, pacte d’associés, holding, opérations sur le capital, pacte Dutreil, baux, contrats commerciaux, etc.)

Expertise

Formation

Titulaire d’une maîtrise en droit et d’un DEA de droit des affaires.

Admission au barreau

Barreau de Carcassonne depuis 2005

Rémi Latarget

Mathilde Castilla-Rouanet

Associée du cabinet depuis 2017

Elle intervient au niveau de l’entreprise et de ses dirigeants dans le cadre :

  • D’opérations de transmissions ou de réorganisation (LBO – LMBO – Cession de bloc de contrôle – garantie d’actif et de passif – transmission universelle de patrimoine – holding de reprise – holding de regroupement –  holding patrimoniale – pacte d’associés – pacte Dutreil)
  • D’études de problématiques fiscales en matière de fiscalité des entreprises et de fiscalité personnelle
  • D’assistance des entreprises et particuliers au cours d’un contrôle et/ou d’un contentieux fiscal
  • D’assistance dans le cadre des campagnes de déclarations IR/IFI.

Me CASTILLA-ROUANET est membre de l’Institut des Avocats Conseils Fiscaux (IACF).

Expertise

Formation

Titulaire d’un master I en droit des affaires, d’un Master II DJCE (Diplôme de juriste conseil en entreprises) et d’un certificat de spécialité en droit fiscal.

Admission au barreau

Barreau de Toulouse depuis 2015

Mathilde Castilla-Rouanet

David Naon​​

Avocat associé du cabinet​

Il est devenu, à compter de 2010, associé du cabinet CABRERA & LEVY devenu CLN CONSULT.

Il a acquis une grande expérience dans le droit des affaires auprès d’une clientèle de petites et moyennes entreprises et de groupes de taille régionale dans des secteurs d’activités très variés (technologies nouvelles – sous-traitance industrielle – franchise de distribution alimentaire – ascenseurs – imprimerie – tourisme – biologie médicale –services informatiques – grande distribution– optique – artisanat etc.).

Expertise

Formation

Titulaire d’une maîtrise en droit des affairesd’un DESS DJCE (Diplôme de juriste conseil en entreprises) et d’un certificat en droit des sociétés.

Admission au barreau

Barreau de Toulouse depuis 2004

David Naon

Jean-Louis Levy​​

Avocat fondateur du cabinet​

Me LEVY est membre de l’Institut des Avocats Conseils Fiscaux (IACF) et membre du Comité Stratégique du Fonds de Dotation du Stade Toulousain Rugby.

Il a acquis une grande expérience dans le droit des affaires auprès d’une clientèle de petites et moyennes entreprises et de groupes de taille régionale dans des secteurs d’activités très variés (tourisme – sport – biologie médicale – Transports sanitaires – internet – grande distribution – restauration – hôtellerie  – Commerce de gros et de détail etc…).

Il a assisté de nombreuses entreprises à l’occasion d’opérations de transmissions ou de réorganisation, de levée de fonds, d’actionnariat des salariés et mandataires sociaux.

Expertise

Formation

Titulaire d’une maîtrise des sciences techniques comptable et financières (MSTCF 1er cycle), d’une maîtrise en droit des affaires et d’un DESS de gestion obtenu à l’IAE Toulouse.

Admission au barreau

Barreau de Toulouse depuis 1994

Jean-Louis Levy